HORSCH complète la gamme des herses étrilles Cura ST

Châteauvillain, 11 mars 2021 – « . Les Cura ST sont désormais disponible à l’achat en version 13 mètres 70 et 15 mètres 20 ». explique Rémi Bohy, responsable marketing chez HORSCH France et ajoute « Les deux versions ne diffèrent pas de la Cura 12 ST excepté leur largeur. »

Chaque modèle de Cura ST est repliable en cinq sections et conserve une largeur de transport de 3 mètres. Le châssis est construit selon un cadre autonome avec des tubes carrés soudés, de telle sorte que la machine soit stable et durable. Le cadre de la machine suit parfaitement les reliefs du sol en position flottante grâce à la conception de ses segments. En bout de champ, les extrémités peuvent se soulever pour gagner en confort lors des demi-tours et éviter d’endommager les cultures. Chaque dent réglable hydrauliquement exerce une pression de 500 gr à 5 000 gr et maintient pratiquement la même pression sur toute la course du ressort, sans risque de surcharge. « Chaque dent fixée individuellement sur un support large évite ainsi tout déplacement latéral et garantit un travail de précision élevé. » ajoute Rémi Bohy.

« Lors des mises en route, nous avons eu la chance de travailler dans différentes cultures. La précision des dents dans les cultures fragiles comme les flageolets a été bénéfique pour éviter des pertes de rendement à la récolte. » explique Valentin Dumontier, en charge du suivi du matériel de désherbage mécanique chez HORSCH. Les désherbages sur buttes en culture de pomme de terre ont aussi révelé l’avantage des dents indépendantes couplées au système de gestion de la pression à double ressort. Le hersage était de qualité et identique sur butte et entre buttes.

En 2020, soucieux de pousser la herse dans ses retranchements, HORSCH a également utilisé la Cura 12 ST dans des conditions de sol extrêmes. L’hiver très pluvieux et la sécheresse de mars  avait en effet créé une croûte superficielle difficile à briser. « Dans les terres de marais, les conditions étaient très séchantes. » explique Valentin Dumontier. « Nous pouvions même apercevoir des fissures dans le sol. Il était difficile pour des herses étrilles traditionnelles à panier de pénétrer. »  ajoute Valentin Dumontier.  Le large spectre de charge émise sur les dents autorise un travail léger ou très agressif, selon l’objectif recherché. « Dans ce cas précis, la pression et la tension sur les dents avaient été accentuées.» détaille Valentin Dumontier. En début de saison printanière, au stade prélevée ou au stade 2-3 feuilles, il peut être utile de briser la croûte de battance pour favoriser la capillarité et rechauffer le sol, et donc d’appliquer une pression moyenne à élevée sur les dents.